du Relais – centre de recherche théâtrale

 

ULYSSE

 

LE SAMEDI 15 DECEMBRE à 20h30

 

Performance dansée

Troisième volet de la trilogie Slow Torments/Exposition de corps tourmentés

 

par Le Relais/Groupe Expir (Le Catelier)

 

conception de Vincent Lacoste

avec Marc Marchand

musique de Christophe Séchet

scénographie de Sophie Larger

 

●● Le projet Slow Torments est une invitation à déambuler dans un espace multiple où sont exposés, des corps vivants, mis à nu.

●● Ces corps sont dans des états limites. Ils subissent des contraintes qui leur rendent la vie difficile. Ils sont « tourmentés ».

●● Réduits à leur espace de vie sur une longue durée, ils luttent plus longtemps que le spectateur ne peut les observer.

●● Ulysse, seul sur un tapis, arpente infiniment son espace limité. Mu par une nécessité, il trace son chemin, devant sans cesse dévier, renoncer, et recommencer.

 

Dans un espace délimité par un tapis bleu dur, un homme cherche à trouver son chemin. Sans cesse repoussé par des obstacles invisibles, il rencontre des structures métalliques, sortes de charpentes donnant l’espoir d’un refuge. Sensation illusoire vite oubliée au profit d’une nécessité impérieuse de recommencer, reprendre la route, Ulysse sollicite sans cesse son corps, et ses capacités ultimes de mobilité.

 

Les spectateurs arrivent en ordre dispersé. Ils sont invités à se déplacer au bord de l’espace, observant le danseur depuis leur hauteur, et le contournant, ils l’encerclent. Cette situation dissymétrique des corps dansant et observant augmente le drame de la lutte d’Ulysse, et la sensation de sa noyade dans l’immensité bleue devient palpable, respiratoire.

 

Au sous-sol, on observa Ulysse. Un autre homme (Marc Marchand), une autre solitude. Le corps se plie pour se déplacer, dans un espace confiné et en même temps infini, vu qu’il n’y a nulle part un but à atteindre. Sa manière méthodique, sa quête si patiente, doit, là aussi, se faire à l’idée d’éternel.
Pas d’émotion comme moteur du spectacle. Celle-ci naît chez le spectateur du fait de se reconnaître dans ces présences suppliciées. C’est assez troublant en soi.

Thomas Hahn, Danser Canal Historique

 

Le projet Slow Torments invite le public à déambuler dans un espace où sont exposés des corps vivants. Ces corps sont dans des états limites, subissant une contrainte ou une action qui renvoie d’une manière ou d’une autre à l’idée de tourment. L’exposition, ouverte pendant une plage temporelle longue, implique un étirement du temps, d’où le titre : Slow Torments / Lents Tourments.

 

Ce projet réunit plusieurs performances dont L’Homme au Coin, ainsi que Candles (créée la saison dernière, et présentée au Relais en mars dernier). Il fait écho à la lecture du Jardin des Supplices d’Octave Mirbeau, roman de la fin du XIXème dans lequel un narrateur est amené à visiter un jardin où sont exposés des suppliciés. Les supplices sont de plus en plus en plus raffinés au fur et à mesure de la visite. On découvre ainsi une sorte d’inventaire des diverses manières de faire lentement souffrir un humain, qui devient lui-même matière à transformation, et matière à étonner le spectateur dans sa capacité du supplicié à résister, c’est-à-dire survivre.Slow Torments a été créé le vendredi 12 octobre à Paris dans le cadre du festival ZOA, Zone d’Occupation Artistique, dont Vincent Lacoste est le compagnon pour la quatrième année consécutive.

 

Slow Torments a été créé le vendredi 12 octobre à Paris dans le cadre du festival ZOA, Zone d’Occupation Artistique, dont Vincent Lacoste est le compagnon pour la quatrième année consécutive.

 

la soirée se prolongera autour d’un pot avec l’équipe artistique !

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

du Groupe Expir

affiche-Home-au-Coin-web

 

SLOW TORMENTS/EXPOSITION DE CORPS TOURMENTES

 

le vendredi 12 octobre de 19h à 21h

 

à la Générale – 14 avenue Parmentier – 75011 Paris – entrée libre

en ouverture de la septième édition du Festival ZOA Zone d’Occupation Artistique

https://www.facebook.com/events/317243455492338/

dont Vincent Lacoste est le compagnon pour la quatrième année consécutive

 

par Le Relais/Groupe Expir (Le Catelier)

avec les danseurs Stéphane Couturas, Paola Cordova, Mathias Dou, Marc Marchand, Aurélie Varrin

pour les performances Candles, Ulysse et l’Homme au Coin

avec les œuvres plastiques d’Yves Bodiou et de Céline Cadaureille

avec la complicité de Chiara Palermo, philosophe

musique de Christophe Séchet

scénographies des performances par Sophie Larger

 

●● Le projet Slow Torments invite le public à déambuler dans un espace de type muséal doté de sous-espaces
différents.

●● Dans chaque sous-espace, sont exposés des corps vivants (danseurs en trio ou solo) ou plastiques
(sculptures d’Yves Bodiou et de Céline Cadaureille).

●● Ces corps divers évoquent des états limites, que ce soit du fait d’une contrainte qui leur est imposée ou
d’une action qu’ils subissent.

●● Tous renvoient d’une manière ou d’une autre à l’idée de tourment.

●● Ces tourments sont longs, plus longs que ne peut supporter le spectateur, qui passe ainsi d’un espace
à un autre, et peut choisir aussi de stationner dans une salle de lecture.

 

Le projet Slow Torments invite le public à déambuler dans un espace de type muséal doté de sous-espaces différents. Dans chaque sous-espace, sont exposés des corps, vivants (danseurs en trio ou solo) ou inanimés (œuvres plastiques d’Yves Bodiou et de Céline Cadaureille). Ces corps sont dans des états limites, en cours de transformation, ou subissant une contrainte ou une action qui renvoie d’une manière ou d’une autre à l’idée de tourment.

 

L’exposition, ouverte pendant une plage temporelle longue, implique un étirement du temps, d’où le titre : Slow Torments / Lents Tourments.

 

Ce projet réunit plusieurs performances dont L’Homme au Coin, ainsi que Candles/Avachissements (créée la saison dernière, et présentée au Relais en mars dernier) et Ulysse. Il fait écho à la lecture du Jardin des Supplices d’Octave Mirbeau, roman de la fin du XIXème dans lequel un narrateur est amené à visiter un jardin où sont exposés des suppliciés. Les supplices sont de plus en plus en plus raffinés au fur et à mesure de la visite. On découvre ainsi une sorte d’inventaire des diverses manières de faire lentement souffrir un humain, qui devient lui-même matière à transformation, et matière à étonner le spectateur, qui dans la durée devient attentif à la capacité du supplicié à résister, c’est-à-dire survivre.

 

la soirée se prolongera autour d’un pot avec l’équipe artistique !

 

LES CORPS MOUS

projet chorégraphique

conception : Vincent Lacoste
son : Christophe Séchet
avec : Mathias Dou et Lydia Boukhirane
plasticienne : Marguerite Danguy des Déserts
technique vidéosurveillance: Jacques Bouault
Prochaine date :
Les Corps Mous#1 et #2
les 9 et 10 décembre 2016 à 20h30
Le Colombier
20 rue Marie-Anne Colombier – 93170 Bagnolet

 

Corps-Mous-Colombier« Les Corps Mous » est un projet chorégraphique autour de la matière. Il est pensé comme un processus de recherche et de création au cours duquel divers danseurs, plasticiens, compositeurs, se réuniront pour créer des objets protéiformes. Cette recherche a abouti en octobre 2014 à une première performance dansée en solo par Mathias Dou : « Les Corps Mous#1 ». Elle se prolonge par la création d’une deuxième performance qui verra sa forme aboutie en octobre 2016. Un troisème volet, plus bref, est prévu pour la saison 2016-17.

 

Le principe est de proposer aux danseurs d’évoluer dans un espace sonore et plastique dont chaque objet/matière renvoie à cette notion de « corps mous », et d’explorer avec eux/elles ce que cette mise en condition génère dans leurs mouvements, et dans les images qu’ils produisent.

lien vidéo extraits Corps Mous#1

J’ai souhaité réfléchir à une notion qui s’oppose à la dureté de notre temps, qui ouvre à des changements possibles d’états et de façon d’être, de se comporter. Je me suis interrogé sur les matières qui nous entourent, et j’ai trouvé dans la mollesse cette générosité et cet alanguissement qui touchent l’être dans sa vérité, physique, psychique, politique.

Vincent Lacoste

Presse Corps Mous#2 :

Les Corps Mous #2 de Vincent Lacoste nous saisit par son coup de théâtre. […]
L’ambiance qui était au départ douce et somnolente devient anxiogène et hypnotique Ici les corps tombent, l’homme a presque une tête de bonhomme Michelin, l’affaire devient drôle. Lacoste joue à la poupée avec ces deux magnifiques danseurs, il leur fait tout faire, les déshabillent, les rendant hagards.
C’est brillant.
(Amélie Blaustein Niddam – TouteLaCulture.Com)

Presse Corps Mous#1 :

Un solo virtuose. (Cédric Chaory – Umoove)
Mathias Dou marque le paysage chorégraphique d’un nouveau projet autour de la matière, par un solo bref mais à l’impact important. (Thomas Hahn – Danser Canal Historique)
Un corps mou qui s’éveille aux bruits du monde pour raconter notre époque où l’on porte le monde à bout de bras. (Celia Sadai – /0 gazette 2)
Un solo kaléidoscopique irrigué par une recherche aux ramifications infinies autour de la qualité de mollesse. (Marie Plantin – Revue Théâtre(s))

 

Dates :

Les Corps Mous#1
avec Mathias Dou (danseur), Christophe Séchet (son)
le vendredi 23 octobre 2015 à 19h30
Festival ZOA Zone d’Occupation Artistique
Mairie du 3ème arrondissement – 2 rue Eugène Spuller – 75003 Paris
les jeudi 24 et vendredi 25 mars 2016 à 20h30
Centre Culturel Bertin Poirée
8-12 rue Bertin Poirée – 75002 Paris
le dimanche 9 octobre 2016 à 15h30
Château de la Roche Guyon
1 rue de l’Audience – 95780 La Roche-Guyon

Les Corps Mous#2
avec Mathias Dou et Lydia Boukhirane (danseurs), Christophe Séchet (son)
sortie de résidence le vendredi 25 septembre 2015 à 17h30
Les Ateliers Intermédiaires
15 bis rue Dumont D’Urville – 14000 Caen
présentation publique le vendredi 11 décembre 2015 à 20h30
Le Relais Centre de Recherche Théâtrale
1355 route de la voie romaine – 76590 Le Catelier
le samedi 2 avril 2016 à 18h (soirée partagée – horaire à confirmer)
Satellite Brindeau – Festival de performance « Whoopee »
56 rue Gustave Brindeau – 76600 Le Havre
le jeudi 13 octobre 2016 à 20h30 (soirée partagée)
Festival ZOA Zone d’Occupation Artistique
Micadanses – 15 rue Geoffroy l’Asnier – 75004 Paris

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire