Beckett

william-ferme-bdefCette fois/L’Impromptu d’Ohio
 
deux pièces courtes de Samuel Beckett
© Editions de Minuit
 
avec William Mingau Darlin et Mathias Dou
mise en scène de Vincent Lacoste
création sonore de Christophe Séchet
 

Samuel Beckett a écrit ces textes à la fin des années soixante-dix. Elles ont pour thème commun la lecture et l’écoute.

 

Dans « Cette fois », un visage seul éclairé écoute le son de sa propre voix diffusant de trois points de l’espace trois moments de sa vie. Le comédien reste muet, tendu par l’écoute de cette voix, qui lui répète l’histoire bien connue de sa vie, mais qui continue à le surprendre du fait de l’imprévisible changement des intonations, des accents, du grain de la voix.

 

L’écriture entremêle ces trois récits. Fragmentés, ils créent un kaléidoscope, sorte d’endoscopie de la vie d’un homme, et forment peu à peu un ensemble cohérent et unifié, un poème lent, somptueux et fragile, qui évoque avec une force inattendue la disparition, le sentiment de finitude, mais aussi la douceur, la drôlerie, la beauté du souvenir.

 

Extrait (56″)
 

« L’Impromptu d’Ohio » met en scène deux personnages, l’un lisant un texte à l’autre. Celui qui écoute est régulièrement saisi par un mouvement (il tape sur la table) que l’autre comprend comme un désir de réentendre un passage du texte.

 

C’est avec cette deuxième pièce l’apparition de la drôlerie, de l’humour, voire même de l’ironie satyrique. Personnages tronqués, arrimés à cette table de lecture, ils restent deux et pourtant presque les mêmes, se comprenant sans pour autant fusionner. Ils sont gauches, et pourtant saisis par la beauté qui surgit au milieu d’eux, comme une planche de salut.

 

Samuel Beckett a écrit ces deux pièces à un moment où il a de plus en plus précisément questionné les limites du théâtre, interrogeant le son/la musique, la physicalité d’acteurs presqu’immobiles, la subtile vibration de leurs présences.

 

Cette mise en scène est le prolongement d’une recherche menée par la compagnie sur la voix enregistrée, qui a abouti en 2011 à l’installation sonore et vidéo « Lambeaux », d’après Charles Juliet, puis « Dame Lazare », d’après Sylvia Plath. C’est aussi une invitation à Mathias Dou, danseur, à rejoindre cette aventure, et à interroger le corps de l’acteur beckettien.

 
« Cette fois » a été joué seule à :
Le Relais, centre de recherche théâtrale
1355 route de la voie romaine – 76590 Le Catelier
le samedi 17 mai 2013 à 20h30

Le 6000 – Jachère Artistique et Culturelle
1084 route de Serquigny-Courcelles – 27470 Fontaine l’Abbé
les 14 et 15 septembre 2013 à 15h

Le Vent se Lève !
181 avenue Jean Jaurès – 75019 Paris
les mardi 17 et mercredi 18 décembre 2013 à 20h30
 
« Cette fois/L’Impromptu d’Ohio » a été joué au :
Le Relais, centre de recherche théâtrale
1355 route de la voie romaine – 76590 Le Catelier
le samedi 24 mai 2014 à 20h30

La Générale
14 avenue Parmentier – 75011 Paris
les lundi 26, mardi 27 et mercredi 28 mai 2014 à 20h30