bio d’artistes

Vincent-Lacoste-webVincent Lacoste, metteur en scène

Il a une double formation en danse, puis théâtre, et en mathématiques. Formé à la danse classique depuis l’enfance, il entre à l’Ecole Normale Supérieure, tout en suivant les cours d’Irina Grjerbina (danse classique et de caractère). Il obtient un doctorat de mathématiques, et oriente sa pratique artistique vers le théâtre.
Aujourd’hui, directeur artistique du Groupe Expir et du Relais, centre de recherche théâtrale, lieu de résidence et de création qu’il a fondé en 2001, il a mis en scène un grand nombre de pièces, et fréquenté l’écriture dramatique par de multiples moyens (mises en scène, ateliers, laboratoires, lectures). Depuis quelques années, il renoue avec la danse contemporaine qu’il pratique depuis 20 ans, en orientant son travail vers des formes hybrides qui mêlent théâtre et danse, et chorégraphiques, en proposant à danseurs et chorégraphes de participer à ses projets.
Passionné par la voix, il a par ailleurs mené de nombreux travaux d’installations sonores, et d’enregistrement.
Curieux d’échanger avec des artistes de disciplines diverses, il conçoit la pluridisciplinarité comme une évidence, qui enrichit son imaginaire, et fonde son rapport au monde, monde qu’il considère comme multiple, ouvert, et surprenant.

 
Elsa Bacle, réalisatrice

Elle possède plusieurs cordes à son arc : réalisatrice, monteuse et photographe, elle est également pédagogue au sein de la Cinémathèque Robert Lynen de la Ville de Paris depuis 2006. Elle intervient régulièrement auprès de l’association Enfances au Cinéma comme jeune critique dans diverses salles de cinémas indépendants parisiens et mène des ateliers de réalisation auprès de nombreux dispositifs d’éducation à l’image (notamment, Citoyenneté Jeunesse qui s’inscrit activement dans le cadre du plan départemental « la culture et l’art au collège » initié par le conseil général de la Seine-Saint-Denis). Après une licence de d’Etudes Cinématographiques et Audiovisuelles à l’université Paris 8, elle a effectué plusieurs formations de montage, mixage-son et prise de vue. Elle travaille actuellement sur divers projets autour du théâtre, de la musique et du cinéma et fonde le collectif Captive en 2010, spécialisé dans le documentaire et la captation. Elle a réalisé plusieurs courts-métrage et documentaires, dont « 43 heures Express », qui raconte la particularité d’un voyage de 43 heures dans un train indien. Ce court-métrage a été sélectionné dans la catégorie documentaire en Compétition Internationale au Festival Cinérail 2008. Elle vient de terminer le montage du film « Sous un ciel de Garges », qu’elle a réalisé dans le cadre d’un atelier de sensibilisation à la lecture théâtrale dirigé par Pascal Antonini à Garges-lès-Gonesse dans le Val d’Oise. Elle travaille actuellement sur un projet de long-métrage de fiction « No pasa Nada ».

 
portrait-LydiaLydia Boukhirane, danseuse, chorégraphe

La danse et le jeu me permettent un accès précieux vers la recherche et la réalisation de pièces,lieux symboliques d’une expression artistique et citoyenne qui font écho à l’environnement dans lequel j’habite.
Le travail de présence, de posture, du geste et du mouvement demeure pour moi aujourd’hui un lien aux autres et au monde, un mode de co-existence.
Initiée à la danse par le classique, puis le contemporain je ne cesse de pratiquer des arts énergétiques, la voix, la composition instantanée, tout au long de mon parcours.
Interprète et artiste associée,je m’investis au sein de propositions artistiques éclectiques au plateau et in situ.
Je crée en 2004, la compagnie Nadja comme un espace de recherche, à la croisée des pratiques chorégraphiques, du travail de l’image et de la création sonore. Je crée des pièces, performances et installations depuis 2007 autour de la question de la frontière entre l’immobilité et le geste, entre les territoires concrets et invisibles.
Mon travail de transmission auprès de publics d’âge et d’expériences diverses se révèle dès 2000 un acte complémentaire à celui de la recherche, enrichis depuis quelques années par des interventions suivies dans le secteur pédo-psychiatrique juvénile de l’Essonne.
Des rencontres importantes: Michel Gérardin, Christophe Egrot, Bietrix Schenk, Sumako Koseki,Pina Bausch, Malou Airoudo, Dominique Mercy, Cisco Aznar, Vicente Fuentes, Thierry Bäe, Isabelle Schad, Christine Bastin, Nadir Bouassria, Erwan Quintin, Anouch Paré, Alain Batis, Nadine Beaulieu, Vincent Lacoste.
 
claudie-decultis-webClaudie Decultis, comédienne

Sa première rencontre théâtrale déterminante : enfant, elle entend, dans une bibliothèque de quartier à Saint Chamond, Jean Dasté raconter « Les méfaits du tabac » d’Anton Tchekhov. La seconde : Carolyn Carlson l’engage pour le spectacle « Rituel pour un rêve Mort » dans la Cour d’honneur du Palais des Papes en Avignon. Elle retourne au lycée, fait partie de la troupe amateur de sa ville puis monte à Paris pour entrer au Conservatoire libre du Cinéma Français à Paris dans la section réalisation.
Elle retient tout particulièrement de son parcours les nombreux textes contemporains qu’elles a arpentés avec notamment : Stéphanie Tesson « Fantaisies potagères » et « Fantaisies microcosmiques » d’Eugène Durif, Anne Laure Liégeois « Embouteillage » de Sylvie Chenus, Véronique Widock « Fleur de peau », Pascal Roigneau « Matières folles » de Sylvain Gillet et « Les Parisiens » de Pascal Rambert, Thierry Bédard « Lecture Pratique » et « Minima Moralia », Xavier Durringer « Une envie de tuer sur le bout de la langue » et « Slim ou la petite entaille », Thierry Niang « Postures, Impostures », R.M. Leblanc « L’Ignorant et le fou » de Thomas Bernhard, Paul Golub « Fen » de Caryl Churchill, Patrice Bigel « Les circuits clandestins » et « Les Libertins », François Rancillac « Le fils » de Christian Rullier, Carolyn Carlson « Rituel pour un rêve mort ». Elle a récemment créé avec Michel Vinaver « Iphigénie Hotel », et avec Véronique Widock « Barbe Bleu, Espoir des Femmes » de Dea Loher.
Elle dirige par ailleurs depuis plusieurs années une classe de terminale en option théâtre à Rueil Malmaison. C’est à cette occasion qu’elle rencontre Vincent Lacoste. Ils ont tous deux, entre autres, donné une lecture des « Contes Grivois » de La Fontaine, en mars 2006, mis en scène « Je Rêvais (peut-être…) » de Pirandello, collaboré pour l’installation « Dame Lazare ».

 
mathias-dou-webMathias Dou, danseur

Après s’être formé au théâtre en 1996 avec Anne Sicco à “l’oeil du silence”. Il rencontre l’aïkido et le mime avec Marcel Marceau, ce qui l’amène naturellement à la danse et au travail de l’acteur corporel. Plus tard, en 1999, c’est auprès de Mathilde Monnier qu’il se forme à la danse contemporaine, au sein du programme E.X.E.R.C.E.
D’autres rencontres suivront : le butô avec Masaki Iwana, la danse théâtre avec Joseph Nadj, François Verret, Philippe Genty, la Cie Mossoux-Bonté, la danse-contact et l’improvisation avec Steve Paxton, Julyen Hamilton, Mark Tompkins, Yann Lheureux, Benoît Lachambre, Vera Mantero, Kirstie Simson, Daniel Larrieu, Deborah Hay, Rosalind Crisp et Andrew Morich, et enfin le clown avec Chantal Fourcaud .
Il est interprète pour de nombreux chorégraphes, notamment Didier Théron, Michèle Murray, Lila Greene, Anne Marie Pascoli, Leonardo Montecchia, Patrice Barthès, Mitia Fedotenko, Sidonie Rochon, Soraya Djebar et Geneviève Mazin, Eric Fessenmeyer et Julie Coutant. Au théâtre il travaille avec les metteurs en scène Estelle Savasta et Vincent Lacoste.
Depuis 2000, il enseigne la danse contemporaine, la danse contact et l’improvisation. Il intervient régulièrement au sein d’ateliers de danse avec des enfants, des personnes en réinsertion sociale ou en situation de handicap.

 
olivier-hue-webOlivier Hüe, musicien

Multi instrumentiste (guitare, guitare électrique, guitare préparée, oud,tanbur ottoman, percussions, clarinette, électronique artisanale), son travail est avant tout basé sur l’équilibre entre l’improvisation et la composition, le son et le silence. Il compose pour le théâtre (trio à cordes pour une pièce de F.G Lorca, musique pour percussions pour un No moderne de Mishima), le théâtre de marionnettes (pièces de musique concrète pour la compagnie franco-chinoise Chao Ma) et la danse (musique live et compositions pour les compagnies Diwat et Retouramont).
A partir de 1996 Il étudie la musique Ottomane par la pratique du oud et du tanbur au sein de l’association Mevlana crée par Kudsi Erguner.
Il enseigne la musique ottomane au conservatoire de Dieppe depuis 2005.
Il joue dans Quattrophage, groupe de recherche musicale et d’artisanat sonore.
Il improvise avec Ladonna Smith, Misha Feigin, Audrey Chen…et collabore régulièrement avec des musiciens du monde électroacoustique tels Francis Faber ou norscq.
Il est membre depuis 2005 du cercle de la litote, compagnie de théâtre de rue.
Il travaille (contes musicaux pour les enfants, interventions musicales dans des maisons de retraite,…) avec l’association Groupe Expir et Le Relais (centre de recherche théâtrale). il participe comme musicien à la « mirabilia », espace/temps musical et théâtral destiné aux enfants de 0 à 6 ans et leurs parents.

 
William-Mingau-webWilliam Mingau Darlin, comédien

Il a débuté au théâtre en 1984 après avoir vu « La Ronde » d’Arthur Schnitzler. Il a suivi les enseignements de plusieurs professeurs d’art dramatique : Serge Erik, Jacques Fontaine, Madeleine Marion, Jean-Claude Fall, Didier Gabily, Pierre Antoine Villemaine, Michel Bernardi, Mas Saogen, Karuna Karan, Phillipe Hotier, Grégoire Ingold, Vicky Messica, Martine Viard, Mamadou Dioum, Jean-Louis Cordina, Géraldine Ross, Maria Desroches, Vincent Colin, Cristophe Rauck.
Certains parmi eux ont été les metteurs en scène de spectacles dans lesquels il a joué. Au fil des années, toutes ces personnes ont contribuée à sa recherche d’acteur.
Il a été distribué dans des spectacles, écrits par des auteurs tels: Molière, Büchner, Voltaire, Pirandello, Platon, Brecht, Turrini, Badiou, L de Samosate, T. Dorst, J.Jouet et aussi des créations de compagnie.
Il a lui-même mis en scène des spectacles à partir des auteurs tels : Pessoa, Walser, Brecht, Charles Juliet et des lectures spectacles, hommage à Ghérasim Luca entre autres.
Enfin, il a joué dans un film sous la direction d’Eric Rohmer : « L’Anglaise et le Duc ».
Il a travaillé dans de nombreux théâtres, petits et grands, à la Comédie de Reims comme intervenant en milieu carcéral, mais aussi en milieu ouvert (jeunes suivis par des éducateurs)
Il a créé un groupe de recherche autour de l’action pédagogique en matière théâtrale en direction de ce type de public au CDN de Reims.
Les deux premières années de son arrivée à Reims, il a été en résidence avec le metteur en scène Grégoire Ingold (compagnie Balagan) à la Comédie de Reims et dans cette période, a beaucoup tourné en région et hors région et aussi en prison.
Ces deux dernières années ont été consacrées à une résidence à Vienne avec la compagnie Balagan avec laquelle il a été distribué dans des œuvres de Matteï Visniec, Jacques Jouet et reprise d’un répertoire de théâtre de foire avec des œuvres d’A. Badiou,
Il a obtenu le diplôme d’Etat d’enseignement du théâtre en 2006.

 
Christophe-Sechet-webChristophe Séchet, compositeur, créateur d’espaces sonores

Formé à la composition en musique électroacoustique par les compositeurs du Groupe de Recherche Musical de l’INA, ainsi qu’au cinéma documentaire ethnographique à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (J. Rouch, A. Comolli, H. Puiseux), Christophe Sechet a collaboré à de nombreuses créations de spectacles depuis 1987. Il a obtenu le Prix Villa Médicis Hors-les-Murs en 1989 (New York).
Au théâtre, il participe à une dizaine de mises en scène avec Yves Beaunesne dont dernièrement Le Canard sauvage (Henrik Ibsen), Le Partage de Midi (Paul Claudel) à la Comédie Française. Avec Philippe Genty, il participe à Ne m’oublie pas ; avec Ahmed Madani à Méfiez-vous de la pierre à barbe, le songe d’une nuit d’été (Shakespeare), Le médecin malgré lui (Molière), Architruc (Pinget), L’improbable vérité du monde, Le Théâtre de l’Amante Anglaise (Duras) ; avec René Chéneau à Don Juan (Pouchkine), Electre (Euripide) ; avec le Théâtre de l’Erre et Jacques David : Quand nous nous réveillerons d’entre les morts (Henrik Ibsen), Les Pots faut les tourner (A.M. Kraemer) ; avec le Théâtre de l’Imprévu à Les Variations Huston, Des Rails. Pour la danse contemporaine, il collabore avec Mathilde Monnier pour une dizaine de créations, avec Jean-François Duroure, avec Héla Fattoumi et Eric Lamoureux, ainsi qu’avec Christine Bastin, Rui Horta, Farid Berki…
Pour le Centre National des Arts du Cirque, il participe à Vita Nova, spectacle de la 11ème promotion et Intérieur Nuit avec l’acrobate Jean-Baptiste André. Il est également compositeur pour Songes et Lumières, au château d’Azay-le-Rideau, parcours nocturne exploité de 2006 à 2009.
Par ailleurs, il enseigne la “dramaturgie du sonore” au Diplôme des Métiers d’Art – régie de spectacle à Nantes, ainsi qu’en licence Pro Systèmes réseaux Dédiés au spectacle à l’IUT de Nantes. Il a été responsable d’ateliers sur le son dans le spectacle vivant au CNDC d’Angers, au Centre Chorégraphique de Montpellier, au Skite (à Lisbonne en 1994). Il a été animateur scientifique à la Cité des Sciences (Paris – La Villette) de 1986 à 1987.

 
aurelie-varrin-webAurélie Varrin, danseuse, comédienne, jongleuse

Formée à la danse moderne et contemporaine, après avoir suivi l’école du Samovar (théâtre gestuel, Les Lilas), et l’Ecole Internationale de Théâtre Jacques Lecoq (département scénographie, laboratoire d’étude du mouvement) en 2004-2005, elle collabore avec Jérôme Thomas dans ses spectacles de cirque, jonglage et théâtre de rue: « Papillons », « Libellule et Papillons », « Rain/Bow », « FoRest » (duo), avec Marguerite Danguy des Déserts : « Le Creux du Corps », « Flagmen », avec Vincent Lacoste : « L’Inconnue de la Seine ». Fidèle depuis des années au travail de Vincent Lacoste, elle a collaboré à de nombreux ateliers en direction des publics fragiles : personnes âgées, personnes en situation de handicap, enfants.